Pourquoi faut-il surveiller ce que fait son enfant sur les réseaux sociaux ?

Les réseaux sociaux constituent un grand point d’attraction pour les enfants. Ils interagissent notamment avec leurs proches sur ces plateformes digitales. En dépit de leurs nombreux bienfaits, les réseaux sociaux comportent certains dangers réels pour la couche juvénile. Focus sur ces dangers.

La cyberintimidation

Les réseaux sociaux sont de merveilleux outils qui permettent d’interagir avec une communauté plus large ou de partager des évènements spéciaux avec ses proches. Ils permettent aussi de se distraire et d’apprendre. Pas étonnant que les plus jeunes accordent une attention particulière à ces réseaux sociaux. Cependant, en s’y inscrivant, ils deviennent de potentielles proies pour les personnes mal intentionnées.

La cyberintimidation est un fléau qui atteint plusieurs adolescents et préadolescents à travers le monde. Elle consiste notamment à embarrasser, harceler, humilier, menacer, manipuler une personne via les réseaux sociaux. Les enfants et adolescents constituent la catégorie de la société la plus touchée. La cyberintimidation se manifeste par :

  • L’envoi de messages injuriant
  • La manipulation en vue de soutirer des informations sensibles (sur une personne ou un lieu)
  • La divulgation sur les réseaux sociaux, d’images ou vidéos intimes d’une personne
  • Le chantage
  • La divulgation de fausses informations sur une personne en vue de la traumatiser
  • Le vol d’identité
  • Les menaces
  • Le piratage de comptes…

Comme vous le constatez, la cyberintimidation est un ensemble de pratiques néfastes. De plus, il peut avoir un impact très négatif sur les adolescents/enfants et pourrait engendrer des conséquences tragiques (kidnapping, viol, vol…). En effet, un enfant ou adolescent qui est en proie à la cyberintimidation peut facilement perdre confiance en lui, souffrir de dépression, fournir des informations sensibles à des personnes de moralité douteuses.

Le sextage

Le sextage est une pratique en vogue qui consiste à envoyer des messages ‘’hot’’ accompagnés d’images des parties intimes à son interlocuteur sur les réseaux sociaux. Plusieurs adolescents et jeunes s’adonnent à cette pratique. La plupart du temps, ils le font de façon innocente, ignorant les retombées d’une telle pratique. Certains le font suite à une pression, pour se trouver un conjoint ou simplement pour paraître ‘’cool’’. Pour eux, c’est un moyen de découvrir leur sexualité, de mieux l’appréhender et d’avoir plus confiance en eux.

Cependant, il existe un réel danger lié à cette pratique. Les images ou vidéos intimes partagés sur internet ne disparaissent pas vraiment, même quand on les supprime. Aussi, avec les captures d’écran, on peut conserver facilement une photo intime avant qu’elle ne soit effacée par l’expéditeur. Cette dernière peut être utilisée pour faire de la cyberintimidation. Il est donc sage d’éviter le sextage pour préserver son intégrité morale et sa tranquillité.

Le phishing/smishing

Le phishing et le smishing sont des pratiques courantes utilisées par des cybercriminels pour collecter des informations sensibles chez leurs victimes. Le phishing est l’envoi d’e-mails contenant des fichiers ou liens malveillants. Leur but est d’inciter le destinataire à cliquer sur les liens ou à ouvrir les fichiers corrompus. Une fois fait, les cybercriminels peuvent accéder aux informations qu’ils souhaitent.

Le smishing est basé sur le même principe sauf qu’il s’agit de messagerie. Les cybercriminels ont une préférence particulière pour les plateformes web ayant beaucoup d’enfants abonnés. Ils leur soutirent (facilement) des informations en vue de les utiliser dans le cadre de leurs arnaques.

De même, les enfants peuvent eux-mêmes faire l’objet d’arnaque. Pour cela, les malfaiteurs, proposent aux enfants, un appât adéquat. C’est-à-dire quelque chose susceptible de les intéresser. Plusieurs arnaqueurs sélectionnent les sites pour enfants, les plateformes (réseaux sociaux) où ils sont fortement représentés pour rechercher des victimes potentielles.

Au vu de tout ce qui précède, vous comprenez qu’il est nécessaire de surveiller les activités des enfants sur les réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *